Tradition et Modernité Index du Forum Tradition et Modernité
Pour une synthèse des réflexions
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

l'Accord sur les principes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tradition et Modernité Index du Forum -> Forums -> Principes et Symboles Fondamentaux
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Mer 29 Oct - 19:16 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant

On sait quelle est l'importance de l'accord sur les principes dans l'oeuvre de Guénon, et nous voudrions rappeler quels sont les moyens de parvenir à cet accord, selon Guénon, en citant tout d'abord certains passages d'Orient et Occident:
Citation:
« Il faut, nous l’avons dit, s’en tenir tout d’abord au point de vue purement intellectuel, et, par une répercussion toute naturelle, les conséquences s’étendront ensuite de proche en proche, et plus ou moins rapidement, à tous les autres domaines »



et:

Citation:
« tant qu’on n’aura pas commencé par s’entendre sur ce terrain intellectuel, tout le reste sera parfaitement inutile et vain. »



D'autre part,

Citation:
« le seul (moyen) essentiel, il ne faut pas l’oublier, réside dans l’ordre de la connaissance pure (en tant que connaissance simplement théorique, préparation de la connaissance effective, car celle-ci est, non un moyen, mais une fin en soi, par rapport à laquelle toute application n’a que le caractère d’un « accident » qui ne saurait ni l’affecter ni la déterminer) »


Citation:
« Du reste, il faut nécessairement commencer par par la préparation théorique, la seule essentielle et vraiment indispensable »


Le travail qui doit être tout d'abord effectué est donc purement intellectuel, puisque:
Citation:
«retour à la tradition ou retour aux principes, ce n’est réellement qu’une seule et même chose ; mais il faut évidemment commencer par restaurer la connaissance des principes, là où elle est perdue, avant de songer à les appliquer »



et que d'autre part,

Citation:
« L’unique cause de tout ce désordre (de l'Occident moderne), c’est l’ignorance des principes ; qu’on restaure la connaissance intellectuelle pure, et tout le reste pourra redevenir normal »



Or le point de vue religieux, comme tel, ne peut suffire pour arriver à ce résultat. En effet, la "pensée religieuse comme telle" est "affectée de la teinte sentimentale qui (lui) est inhérente » et:







Citation:
« il ne faut pas oublier que les vérités religieuses ou théologiques, n’étant pas, comme telles, envisagées d’un point de vue purement intellectuel, et n’ayant pas l’universalité qui appartient exclusivement à la seule métaphysique, ne sont encore des principes que dans un ordre relatif »



De plus le sentiment peut avoir une action réellement dissolvante de l'intelligence:

Citation:
« il n’est pas facile de savoir jusqu’où peut aller l’aveuglement qui a pour cause l’intrusion du sentiment dans les domaines qui devraient être réservés à l’intelligence. »



et

Citation:
« L’accord, portant essentiellement sur les principes, ne peut être vraiment conscient que pour les doctrines qui renferment au moins une part de métaphysique ou d’intellectualité pure ; il ne l’est pas pour celles qui sont limitées strictement à une forme particulière, par exemple à la forme religieuse. Cependant, cet accord n’en existe pas moins réellement en pareil cas, en ce sens que les vérités théologiques peuvent être regardées comme une traduction, à un point de vue spécial, de certaines vérités métaphysiques ; mais, pour faire apparaître cet accord, il faut alors effectuer la transposition qui restitue à ces vérités leur sens le plus profond, et le métaphysicien seul peut le faire, parce qu’il se place au-delà de toutes les formes particulières et de tous les points de vue spéciaux. » (…) « il en résulte aussi que l’existence d’une doctrine uniquement religieuse est insuffisante pour permettre d’établir une entente profonde comme celle que nous avons en vue quand nous parlons du rapprochement intellectuel de l’Orient et de l’Occident ; c’est pourquoi nous avons insisté sur la nécessité d’accomplir en premier lieu un travail d’ordre métaphysique »



On peut d'ailleurs toujours craindre des déviations lorsque le travail purement intellectuel n'a pas été accompli:
Citation:
« De plus, là où la réalisation n’a pas été précédée d’une préparation théorique suffisante, de multiples confusions peuvent se produire, et il y a toujours la possibilité de s’égarer dans quelqu’un de ces domaines intermédiaires où l’on n’est point garanti contre l’illusion ; c’est seulement dans le domaine de la métaphysique pure que l’on peut avoir une telle garantie, qui, étant acquise une fois pour toutes, permet ensuite d’aborder n’importe quel domaine, ainsi que nous l’avons indiqué précédemment. »



Il faut d'ailleurs rappeler ce que Guénon écrivait de la métaphysique dans l'Introduction générale à l'étude des doctrines hindoues, et notamment de ses rapports avec le point de vue religieux:

Citation:

tandis que le point de vue métaphysique est purement intellectuel, le point de vue religieux implique, comme caractéristique fondamentale, la présence d'un élément sentimental qui influe sur la doctrine elle-même et qui ne lui permet pas de conserver l'attitude d'une spéculation purement désintéressée



et

Citation:

L'influence de l'élément sentimental porte évidemment atteinte à la pureté de la doctrine, et elle marque en somme, il faut bien le dire, une déchéance par rapport à la pensée métaphysique



on doit aussi souligner tout spécialement que

Citation:

l'universel ne saurait s'enfermer tout entier dans un point de vue spécial, non plus que dans une forme quelconque



d'où il résulte que ceux qui déclarent que dans leur tradition, "il n'y a rien au delà de la forme" n'ont absolument pas atteint l'universel.

Enfin, rappelons que

Citation:

La métaphysique affirme l'identité foncière du connaître et de l'être, qui ne peut être mise en doute que par ceux qui ignorent ses principes les plus élémentaires





Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 29 Oct - 19:16 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ouroboros



Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 7
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Mer 29 Oct - 22:27 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant

L'analyse de Guénon est contestable, rien ne prouve que pour s'approcher de la connaissance divine, l'extase mystique n'est pas plus efficace que l'étude de l'ésotérisme. En l'absence de certitudes sur le sujet, il apparait audacieux de déclarer la validité ou la non-validité d'une tradition particulière ou de telle approche (l'approche purement religieuse que Guénon critique par exemple).
Revenir en haut
Ab



Inscrit le: 24 Juin 2008
Messages: 27
Localisation: 92
Masculin

MessagePosté le: Jeu 30 Oct - 13:01 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant

Guénon démontre qu'il existe une hierarchie dans ce domaine aussi (cf "les aperçus sur l'initiation")
Il y a notament une difference
-de but (le salut et la Délivrance)
-de moyens (nature des influences véhiculées)


*** 



Merci cher Lutfi pour votre travail de citation.
Ce que vous rappelez ici est important.
Il faut, il me semble, tout de même rappeler en même temps qu'étant donnée la nécessité de "se rattacher tout d'abord à une forme traditionnelle d'ordre exotérique et d'en observer toute les prescriptions", le caractère limitatif et l'apparente absence d'accord réside dans le point de vue exotérique (et non dans l'exotérisme en lui-même), "Cependant, cet accord n’en existe pas moins réellement en pareil cas, en ce sens que les vérités théologiques peuvent être regardées comme une traduction, à un point de vue spécial, de certaines vérités métaphysiques ; mais, pour faire apparaître cet accord, il faut alors effectuer la transposition qui restitue à ces vérités leur sens le plus profond, et le métaphysicien seul peut le faire, parce qu’il se place au-delà de toutes les formes particulières et de tous les points de vue spéciaux"
et
"Nous dirons d’abord pour exprimer les choses de la façon la plus simple, qu’on ne bâtit pas sur le vide ; or l’existence uniquement profane, dont tout élément traditionnel est exclu, n’est bien réellement, à cet égard que vide et néant. Si l’on veut construire un édifice, on doit d’abord en établir les fondations ; celles-ci sont la base indispensable sur laquelle s’appuiera tout l’édifice, y compris ses parties les plus élevées, et elles le demeureront toujours, même quand il sera achevé. De même, l’adhésion à un exotérisme est une condition préalable pour parvenir à l’ésotérisme, et, en outre, il ne faudrait pas croire que cet exotérisme puisse être rejeté dès lors que l’initiation a été obtenu, pas plus que les fondations ne peuvent être supprimées lorsque l’édifice est construit. Nous ajouterons que, en réalité, l’exotérisme, bien loin d’être rejeté, doit être « transformé » dans une mesure correspondante au degré atteint par l’initié, puisque celui-ci devient de plus en plus apte à en comprendre les raisons profondes, et que, par suite, ses formules doctrinales et ses rites prennent pour lui une signification beaucoup plus réellement importante que celles qu’elles peuvent avoir pour le simple exotériste, qui en somme est toujours réduit, par définition même, à n’en voir que l’apparence extérieure, c’est-à-dire ce qui compte le moins quant à la « vérité » de la tradition envisagée dans son intégralité."
Revenir en haut
ALM
Administrateur


Inscrit le: 21 Juin 2008
Messages: 159

MessagePosté le: Mer 5 Nov - 01:26 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant

Avant d'entamer de nouveaux développements sur la question, il m'a semblé important de faire une brève mise au point :

L'accord sur les principes est, de manière éminente, accord sur la reconnaissance d'un Principe Unique et de notre dépendance totale à Son égard ; que nous parlions de Tawhîd, d'Awaïta, de Tao, de théologie négative ou que sais-je encore, une même affirmation demeure : Il n'y a de divinité que La Divinité.

Si donc, et comme je le pense, chacun des membres de ce forum reconnait cela, je ne vois aucun inconvénient à affirmer, avec force, que nous sommes ici tous d'accord sur les principes. 
-------------------
"Prosterne toi et approche toi" Coran
Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Jeu 6 Nov - 01:45 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant

Un certain nombre de raisons nous ont amené à reconsidérer l’éventualité d’un départ de ce forum.
Tout d’abord parce que nous sommes mis en cause, ce qui en soit n’aurait aucune importance, mais qui est bien plus grave lorsque ce sont des enseignements traditionnels qui sont ainsi attaqués ou déformés.

Si nous avons ouvert un fil sur l’accord sur les principes, c’est parce que nous savons que cet accord est inexistant dans les milieux qui se réclament de Guénon.

Cependant, il pourrait y avoir plusieurs modifications notables dans les modalités de nos interventions.

Rappelons que Lutfi n’est qu’une signature. Il pourrait donc bien y avoir plusieurs individualités qui empreintent ce nom. Evidemment, cela pourrait amener de notables modifications, tant sur le contenu que sur la forme, ou sur le ton. Et, pour ceux qui se croient autorisés à prendre eux-mêmes un certain ton, que nous considérons simplement comme grossier, si il se trouvait, que Lutfi soit occasionnellement un Maître de l’ésotérisme islamique, ils prendront leurs propres responsabilités.

La seule chose qui ne changera pas, c’est l’intention initiale de Lutfi qui est :
1)      De faire réfléchir quelques-uns – car cela seul aurait des conséquences incalculables
2)      D’ôter quelques obstacles sur la voie initiatique de personnes qui ont lu l’œuvre de Guénon, mais sont confrontées aux loups déguisés en agneaux qui sont effectivement nombreux dans le milieu soi-disant guénonien
3)      De dénoncer toutes les erreurs que nous voyons, quand bien même elles auraient été commises par des auteurs que certains considèrent comme des Maîtres.
Revenir en haut
MYL



Inscrit le: 26 Juin 2008
Messages: 16
Localisation: Tours
Masculin

MessagePosté le: Jeu 6 Nov - 02:16 (2008)    Sujet du message: Lutfi Répondre en citant

Mais ce maître alors, prendrait la responsabilité de ce que dit "Lutfi", cette signature deviendrait donc une autorité traditionnelle...enfin, à la mesure du maitre. C'est avec plaisir que je lirai ses écrits, pourvu que je sois capable d'y reconnaitre la Vérité. Et je gage qu'alors, l'accord sur les principes se fasse immédiatement entre "Lutfi" et beaucoup des membres de ce forum.

Vous nous assurez aussi que l'intention initiale de "Lutfi" ne changera pas, c'est donc que vous avec l'intention du maître. Tout hypothétique que soit son intervention, j'entends bien. Me voilà donc parfaitement rassuré sur vos intentions, puisqu'elles sont celles d'un homme de réalisation.
-------------------
Nil sine numine
Revenir en haut
Zero
Invité





MessagePosté le: Ven 7 Nov - 20:22 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant




Rappelons que "L'Accord sur les Principes" est le titre d'un chapitre (le deuxième de la seconde partie) d'Orient et Occident. En plus des citations qui ont déjà été faites, nous nous permettons de rajouter ce qui suit.          
         

"En raison de l'universalité même des principes, c'est là que l'accord doit être le plus aisément réalisable, et cela d'une façon tout à fait immédiate : on les conçoit ou on ne les conçoit pas, mais, dès lors qu'on les conçoit, on ne peut pas faire autrement que d'être d'accord."          
On voit donc que l'accord dont il s'agit n'est pas un "accord" entre différentes parties, où chacune serait susceptible de faire certaines concessions en vue de celui-là, mais plutôt une reconnaissance, par ceux qui l'ont oubliée, de la Vérité universelle, sans qu'elle n'en subisse évidemment aucune modification.          
         

"La vérité est une et s'impose pareillement à tous ceux qui la connaissent, à condition, bien entendu, qu'ils la connaissent effectivement et avec certitude ; mais une connaissance intuitive ne peut pas être autre que certaine. Dans ce domaine, on est en dehors et au-dessus de tous les points de vue particuliers ; les différences ne résident jamais que dans les formes plus ou moins extérieures, qui ne sont qu'une adaptation secondaire, et non dans les principes mêmes ; il s'agit ici de ce qui est essentiellement "informel". La connaissance des principes est rigoureusement la même pour tous les hommes qui la possèdent, car les différences mentales ne peuvent affecter que ce qui est d'ordre individuel, donc contingent, et elles n'atteignent pas le domaine métaphysique pur ; sans doute, chacun exprimera à sa façon ce qu'il aura compris, dans la mesure où il pourra l'exprimer, mais celui qui aura compris vraiment saura toujours, derrière la diversité des expressions, reconnaître la vérité une, et ainsi cette diversité inévitable ne sera jamais une cause de désaccord."          
         

"Pour ce qui est des vérités d'ordre contingent, la multiplicité des points de vue individuels qui s'y appliquent peut donner lieu à des différences réelles, qui, d'ailleurs, ne sont point nécessairement des contradictions ; le tort des esprits systématiques est de ne reconnaître comme légitime que leur propre point de vue, et de déclarer faux tout ce qui ne s'y rapporte pas ; mais enfin, dès lors que les différences sont réelles, encore que conciliables, l'accord peut ne pas se faire immédiatement, d'autant plus que chacun éprouve naturellement quelque difficulté à se placer au point de vue des autres, sa constitution mentale ne s'y prêtant pas sans répugnance. Dans le domaine des principes, il n'y a rien de tel, et c'est là que réside l'explication de ce paradoxe apparent, que ce qu'il y a de plus élevé dans une tradition quelconque peut être en même temps ce qu'il y a de plus facilement saisissable et assimilable, indépendamment de toute considération de race ou d'époque, et sous la seule condition d'une capacité de compréhension suffisante ; c'est, en effet, ce qui est dégagé de toutes les contingences."          
         

Donc, à partir du moment où l'on se situe dans le domaine des "principes", le désaccord n'est plus possible ; s'il y a un réel désaccord, c'est que, malgré les apparences, au moins une des deux parties en présence n'a pas les principes en vue, mais quelque chose de plus contingent.          
         

"À s'en tenir à ce qui est généralement connu, la tradition occidentale, telle qu'elle existait à cette époque (au moyen âge), était une tradition de forme religieuse ; mais cela ne veut pas dire qu'il n'y ait pas eu autre chose, et ce n'est pas pour cela que, chez une certaine élite, l'intellectualité pure, supérieure à toutes les formes, devait être nécessairement absente. Nous avons déjà dit qu'il n'y a là aucune incompatibilité, et nous avons cité à ce propos l'exemple de l'Islam* (...). D'autre part, il ne faut pas oublier que les vérités religieuses ou théologiques, n'étant pas, comme telles, envisagées d'un point de vue purement intellectuel, et n'ayant pas l'universalité qui appartient exclusivement à la seule métaphysique, ne sont encore que des principes dans un sens relatif ; si les principes proprement dits, dont ceux-là sont une application, n'avaient pas été connus de façon pleinement consciente par quelques-uns au moins, si peu nombreux qu'ils fussent, il nous paraît difficile d'admettre que la tradition, extérieurement religieuse, ait pu avoir toute l'influence qu'elle a effectivement exercée au cours d'une si longue période, et produire, dans divers domaines qui ne semblent pas la concerner directement, tous les résultats que l'histoire a enregistrés."          
         

Bien que l'exotérisme, puisque son domaine ne "touche" pas aux principes, ne puisse, en tant que tel, réaliser l'accord sur les principes, il peut, par son caractère authentiquement traditionnel, aider à  cette réalisation en tant qu'il découle de ces mêmes principes et que, pour ceux qui l'ont compris profondément (c'est-à-dire qui ont dépassé son domaine propre) il n'est que leur manifestation, et ne saurait donc s'opposer profondément ni aux principes eux-mêmes, c'est évident, ni aux autres formes exotériques ou plus généralement traditionnelles puisqu'il est issu d'une même source qu'elles.          
         

Cependant, "on peut être (...) en deçà ou au delà des formes traditionnelles : l'homme "sans religion", tel qu'on le rencontre couramment dans le monde occidental moderne, est incontestablement dans le premier cas ; le second, par contre, s'applique exclusivement à ceux qui ont pris effectivement conscience de l'unité et de l'identité fondamentales de toutes les traditions ; et, ici encore, ce second cas ne peut être actuellement que très exceptionnel. Que l'on comprenne bien, d'ailleurs, que, en parlant de conscience effective, nous voulons dire par là que des notions simplement théoriques sur cette unité et cette identité, tout en étant assurément loin d'être négligeables, sont tout à fait insuffisantes pour que quelqu'un puisse estimer avoir dépassé le stade où il est nécessaire d'adhérer à une forme déterminée et de s'y tenir strictement. Ceci, bien entendu, ne signifie nullement que celui qui est dans ce cas ne doit pas s'efforcer en même temps de comprendre les autres formes aussi complètement et aussi profondément que possible, mais seulement que, pratiquement, il ne doit pas faire usage de moyens rituels ou autres appartenant en propre à plusieurs formes différentes, ce qui (...) serait non seulement inutile et vain, mais même nuisible et dangereux à divers égards."          
(Aperçus sur l'Initiation, ch. VII, "Contre le mélange des Formes traditionnelles".)          
         


Dernière édition par Zero le Ven 14 Nov - 18:11 (2008); édité 2 fois
Revenir en haut
ALM
Administrateur


Inscrit le: 21 Juin 2008
Messages: 159

MessagePosté le: Sam 8 Nov - 23:48 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant

Merci à vous cher Zero, ces précisions sont vraiment les bienvenues.
-------------------
"Prosterne toi et approche toi" Coran
Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Dim 9 Nov - 05:14 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant

Citation:
Avant d'entamer de nouveaux développements sur la question, il m'a semblé important de faire une brève mise au point :


L'accord sur les principes est, de manière éminente, accord sur la reconnaissance d'un Principe Unique et de notre dépendance totale à Son égard ; que nous parlions de Tawhîd, d'Adwaïta, de Tao, de théologie négative ou que sais-je encore, une même affirmation demeure : Il n'y a de divinité que La Divinité.

Si donc, et comme je le pense, chacun des membres de ce forum reconnait cela, je ne vois aucun inconvénient à affirmer, avec force, que nous sommes ici tous d'accord sur les principes.


Cette mise au point du directeur et créateur du forum, ALM nous oblige à faire nous même une une brève mise au point :

Tout d'abord,étant donné que l'accord sur les principes est une des taches auxquelles René Guénon a appelé l'élite, et meme l'"élite de l'élite", il serait en soi pour le moins étonnant qu'un tel accord soit déjà réalisé sur un forum Internet, en quelques semaines.
Il convient d'ailleurs de distinguer soigneusement l'accord sur les principes entre les doctrines, qui est, de toute éternité, et la conscience de cet accord, qui est tout autre chose qu'un acte de foi, mais doit constituer une connaissance effective.

Et, au point de vue initiatique, la question n'est pas seulement d'affirmer l'unité du Principe, mais aussi de savoir comment on le conçoit.

La manière dont ALM définit l'accord sur les principes est certes "juste", quoi que nous ne puissions pas la considérer comme complète, mais elle pourrait permettre a bien des gens qui sont fort éloignés de l'esprit traditionnel de s'en réclamer, et nous pensons spécialement à certains groupes sabbataistes ou néo-spiritualistes.

D'autre part, la présence d'un intervenant récent, QJSIOJC, qui se réclame de la revue Rivarol, nous oblige à signaler que non seulement il ne saurait y avoir d'accord sur les principes avec cette frange de l'extrême-droite catholique, mais que c'est là que se trouvèrent certains des adversaires les plus acharnés de René Guénon.

De plus, et il nous semble que c'est meme ce qui frappera tout lecteur objectif de ce forum, les désaccords qui se sont manifestés dans les différents débats portent bien sur des questions de principe, et il serait étonnant de proclamer l'accord sur les principes après que ces désaccords se soient manifestés de manière aussi nette.

Enfin, il y a un dernier point sur lequel il nous faut revenir.

Nous avons, il y a quelques temps, envoyé un message que nous reproduisons ici:

Citation:
Il y a peut-être certains points qu'il faut rappeler:

"Une église ou une société - un Hindou ne fait pas de distinction entre les deux - qui ne fournit pas le moyen d'échapper à ses propres institutions, qui empêche ses membres de se libérer d'elle-même réduit à néant sa suprême raison d'être."

Ananda K. Coomaraswamy - Hindouisme et Bouddhisme

D'autre part:

"Les rites, les procédés divers indiqués en vue de la réalisation métaphysique, on pourrait les négliger et néanmoins, par la seule fixation constante de l'esprit et de toutes les puissances de l'être sur le but de cette réalisation, atteindre finalement ce but suprême..."

René Guénon -La Métaphysique orientale

et:

"l'action ne peut avoir pour effet de libérer de l'action, et ses conséquences ne s'étendent pas au delà des limites de l'individualité"

René Guénon - La Métaphysique orientale

enfin, par la réalisation métaphysique, "ce qui est dépassé, c'est le monde des formes dans son acception la plus générale, comprenant tous les états individuels quels qu'ils soient, car la forme est la condition commune à tous ces états" (La Métaphysique orientale)

J'essaierai de revenir sur les autres points qui ont été abordés, mais je crois que l'on peut souligner ceci: avec l'oeuvre de Guénon, on pourrait dire que, en Occident, la métaphysique d'Aristote est complétée, et que c'est une des significations de son oeuvre.


A ce message, ALM répondit:

Citation:
Cher Lutfi,

Comme les citations que vous présentez soulignent un peu plus la divergence de nos perspectives...


Or, en français, cette phrase de ALM signifie bien qu'il y a divergence entre la perspective d'ALM et celle qui est developpée dans notre post, et qui est celle de la Métaphysique orientale, et divergence veut bien dire contradiction, désaccord. Comme il s'agit de l'enseignement de Guénon sur la métaphysique orientale, cela signifie bien que, soit il y a, entre ALM et nous, désaccord sur les principes, ou, pour être plus précis, qu'il y a désaccord sur les principes entre ALM et Guénon, soit qu'il y a eu, de la part d'ALM, une expression fautive, qu'il s'agisse d'une faute de frappe ou d'une faute de français. Nous souhaitons bien sur vivement que la seconde solution soit la bonne, mais nous estimons qu'ALM doit à l'enseignement dont il se réclame, ainsi qu'aux lecteurs de ce forum, de préciser nettement ce qu'il en est.

Il ne suffit pas, en effet, de proclamer l'accord sur les principes de temps à autres, encore faut-il en tirer les conclusions et éviter de se contredire, car un livre ne suffirait peut-etre pas pour réunir toutes les citations de gens qui ont prétendu reconnaitre cet accord, et qui furent le plus souvent, par leurs positions réelles, à l'opposé de l'enseignement traditionnel. Nous formulons donc le voeu que le créateur et propriétaire de ce forum clarifie ses positions sur le sujet.

Mais nous croyons avoir expliqué de manière suffisante les raisons pour lesquelles nous ne saurions considérer qu'il y a accord sur les principes entre les gens de ce forum. Que la plupart y tendent, c'est ce que nous souhaitons, mais il est peut-etre opportun de rappeler qu'il y a une grande différence entre avoir le signe de la croix et en avoir la doctrine.
Revenir en haut
ALM
Administrateur


Inscrit le: 21 Juin 2008
Messages: 159

MessagePosté le: Dim 9 Nov - 17:05 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant

Je constate, Lutfi, que mon message sur la notion de "Forme" n'a servi à rien, du moins quant à son objectif premier ; n'ayant pas de temps à perdre en redites, je vous invite à bien relire ce message, doublé de l'intervention de Zero, pour voir en quoi cette "divergence de perspective" ne tient qu'à la présentation des textes, et non aux textes eux-mêmes.
-------------------
"Prosterne toi et approche toi" Coran
Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Lun 10 Nov - 04:46 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant

C'est donc a mon tour, cher ALM, de dire que vous ne m'avez pas compris. Si vous le permettez, je compte y revenir plus tard, n'en ayant pas le temps immediatement. Croyez bien qu ej'ai lu tres attentivement votre message sur la forme, ainsi que les citations faites par Zero, et qui faciliteront meme mon expose.
Revenir en haut
Ouroboros



Inscrit le: 27 Oct 2008
Messages: 7
Localisation: Paris
Masculin

MessagePosté le: Lun 10 Nov - 19:47 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant

ALM a écrit:
Avant d'entamer de nouveaux développements sur la question, il m'a semblé important de faire une brève mise au point :

L'accord sur les principes est, de manière éminente, accord sur la reconnaissance d'un Principe Unique et de notre dépendance totale à Son égard ; que nous parlions de Tawhîd, d'Awaïta, de Tao, de théologie négative ou que sais-je encore, une même affirmation demeure : Il n'y a de divinité que La Divinité.

Si donc, et comme je le pense, chacun des membres de ce forum reconnait cela, je ne vois aucun inconvénient à affirmer, avec force, que nous sommes ici tous d'accord sur les principes. 
Un bouddhiste ne sera surement pas d'accord avec ces principes. Il est vrai que le Theravada était méprisé par Guénon. Je me demande d'ailleurs quel est l'avis des membres du forum sur cette tradition.
Revenir en haut
QJSIOJC



Inscrit le: 04 Nov 2008
Messages: 2
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Dim 23 Nov - 21:24 (2008)    Sujet du message: l'Accord sur les principes Répondre en citant

Mise au point.


C’est plutôt décourageant de voir comme l’on lit !


Lutfi, suite à son intervention du dimanche 9 novembre 2008 à 06.14, où vous écrivez : « D'autre part, la présence d'un intervenant récent, QJSIOJC, qui se réclame de la revue Rivarol... »


Nous nous sommes jamais réclamé de Rivarol, comme en faisant partie ou en en étant sympathisant, etc.


Plusieurs fois nous l’avons cité soit pour utiliser une information ou même pour dénoncer certains raisonnements de ce journal, par ex. :
1) Femme en islam, sujet développé par l'hebdomadaire Rivarol.
2) Femme en islam et Le Rivarol, complément.


Nous avons été jusqu'à écrire (5.C.4.j, Sur le même sujet, voici un extrait d’article parut dans Rivarol.) :
« Rivarol est un journal tenu par des femmes, un journal féministe de ‘droite’, et qui se veut ‘bien pensant’, les Hommes qui y écrivent sont plus ou moins châtrés. Toutefois, il faut reconnaître que dans l’état actuel de la presse, ce journal remet tout de même certaines pendules à l’heure, et donne des informations que vous ne trouverez pas ailleurs. »
« Rivarol serait condamné, dans une société vraiment chrétienne, pour libéralisme... »
Bien à vous...
-------------------
QJSIOJC
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:59 (2017)    Sujet du message: l'Accord sur les principes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tradition et Modernité Index du Forum -> Forums -> Principes et Symboles Fondamentaux Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com