Tradition et Modernité Index du Forum Tradition et Modernité
Pour une synthèse des réflexions
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

"Guénonisme" et guénoniens
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tradition et Modernité Index du Forum -> Forums -> Actualités et Problèmatiques Contemporaines
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Jeu 6 Nov - 21:51 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Le problème n'est pas une question d'opinion. F. Schuon n'avait, à ce que nous sachions, aucune autorisation de rattacher. C'est donc une transmission sur laquelle il y a un doute. Mais les recherches sont effectivement limitées.

Ceci dit il faut distinguer ce problème de celui de l'orientation des articles de Michel Vâlsan: ce sont deux questions distinctes. En ce qui concerne l'autorisation de Schuon, tout ce que nous avons est une autorisation d'enseigner les bases de l'Islam, non de transmettre le rattachement initiatique.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 6 Nov - 21:51 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
MYL



Inscrit le: 26 Juin 2008
Messages: 16
Localisation: Tours
Masculin

MessagePosté le: Ven 7 Nov - 02:17 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Quelle autorisation un musulman aurait il besoin pour enseigner "les bases de l'islam" ? Si ce n'est plutôt une obligation envers qui serait demandeur. J'avoue ne pas bien saisir de quelle sorte d'autorisation vous parlez, et encore moins qui serait en charge de la procurer.
-------------------
Nil sine numine
Revenir en haut
as.samarkandi



Inscrit le: 02 Nov 2008
Messages: 43
Masculin

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 02:32 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Dans la rubrique "« Guénonisme » et guénoniens" Lutfî s’en prend à nouveau à plusieurs reprises à Michel Vâlsan et aux « vâlsaniens ». Quant à moi, comme je l’ai dit ailleurs, je fais une distinction importante entre les deux sans pourtant que cette dernière soit radicale. Je ne reviendrai pas sur l’affaire, évoquée à nouveau ici (message du 6 Nov.), du commentaire de la « Fâtihah » où Lutfî a montré ses graves limites tant au niveau de la compréhension que de l’attitude spirituelle, puisqu’il n’a toujours pas reconnu son erreur flagrante. Les lecteurs pourront se reporter au sujet « Vâlsan » pour se faire une idée définitive.
Dans son message du 5 juillet qui inaugurait cette rubrique, il s’en prenait directement à Gilis. Pour cette fois je suis d’accord avec ce qu’il dénonce. La façon limitative avec laquelle cet auteur essaie d’imposer sa vision de la doctrine islamique de la « confirmation » et de l’ « abrogation » ne tient pas la route et le place directement en contradiction avec R.Guénon et M.Vâlsan. Par ailleurs, Gilis fait partie de ces guénoniens traumatisés par le revirement effectué par R.Guénon à propos du Bouddhisme ; il est assez comique de voir comment ces derniers nous expliquent d’une manière embarrassée que R. Guénon a changé sa position, tout en ne la changeant pas, mais en la changeant quand même. Pour un peu on nous dirait que c’est sous la pression qu’il a effectué ses rectifications. Tout n’a pas été dit sur cette question. En tout cas, il est sûr que le Bouddhisme tibétain, du vivant de R.Guénon, jouait un rôle éminent dans la conservation des plus hautes vérités traditionnelles et R.Guénon y a été sensible très tôt. Gilis, par contre, quand il a l’occasion, ne peut s’empêcher de lancer quelque « pique » à l’encontre des guénoniens bouddhistes, comme il l’a fait, si je me souviens bien dans un article sur le Christianisme et la Bouddhisme dans la revue « Connaissance des Religions ». C’est une attitude tout à fait déplorable.
Dans un message du 6 Nov. Lutfî se permet de remettre en cause la régularité de ce qu'a reçu M.Vâlsan au point de vue initiatique, en affirmant avec un certain culot : "Nous sommes certainement mieux placé que vous pour en juger, tant du côté oriental qu'occidental". Il aggrave son cas en ajoutant (6 Nov.) "Schuon n'avait, à ce que nous sachions, aucune autorisation de rattacher." J'ai dit, dans la rubrique "Vâlsan", mais je le répète ici, que R.Guénon, et M.Vâlsan évidemment, n'ont jamais contesté la régularité du rattachement de F.Schuon et son autorisation à transmettre l'initiation avec tout ce que cela comporte. Beaucoup de documents publiés sur Internet ou par d'autres canaux sont formels à ce sujet. Si Lutfî veut contester l'autorité de R.Guénon sur ce point, libre à lui...
Revenir en haut
as.samarkandi



Inscrit le: 02 Nov 2008
Messages: 43
Masculin

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 02:45 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

J'ajouterai à mon message précédent une chose importante: il est tout à fait impossible pour quelqu'un comme Lutfî de savoir ce que M.Vâlsan a pu recevoir en dehors du canal de F.Schuon, et s'il y a quelque chose à dire sur ce sujet, ce n'est certainement pas à lui qu'il faudrait le révéler à cause de la position indigne qu'il a prise contre M.Vâlsan.
Revenir en haut
Cush



Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 29
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 03:22 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

En quoi les Musulmans guénoniens seraient ennuyés par ce "retournement" de Guénon au sujet du Bouddhisme ?
Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Dim 16 Nov - 06:14 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Je repondrais brievement a as-samarkandi sur un point: ayant fait partie de la communaute d'Antony de 1990 a 1992, puis du groupe de Gilis plus longuement, tout ce que j'ai entendu, c'est que le rattachement transmis par Michel Valsan remontait a Schuon. Maintenant, il se trouve que la regularite du rattachement transmis par Schuon est contestee par les successeurs du Sheikh Al-Alawi. Ce n'est peut-etre pas une preuve absolue, mais il y a un doute parce que Schuon n'avait pas d'Ijazah.

Quant a la position de Guénon sur ce point, pour la connaitre vraiment, il faudrait que sa correspondance soit mieux connue. Je rappelle en tout cas que la seule lettre que nous connaissions de Guénon sur Michel Valsan est tres pejorative: je cite de memoire: "Il semble que Valsan se soit trompe un peu trop souvent en bien ou en mal sur les uns et sur les autres, ce qu'il vous a dit de la FM est vraiment bien simpliste."

Il est clair que cette lettre ne concerne pas l'Ijazah, mais le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle n'est pas tres favorable a Valsan.
Revenir en haut
Zero
Invité





MessagePosté le: Dim 16 Nov - 08:27 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Sans nous exprimer sur la question, nous nous permettrons de dire ici qu'elle est assez déplacée, puisqu'elle évoque des faits qui manquent du minimum de documentation, et où l'on se trouve réduit, lorsqu'on n'a pas un contact direct avec ces milieux particuliers, à croire sur parole les affirmations des uns ou des autres. C'est pourquoi nous demandons à chacun de présenter ses arguments avec des références écrites vérifiables par tous (et sur le sérieux desquelles chacun pourra se faire son avis), sans quoi il est assez difficile de faire la part des choses. Bien sûr, les faits généralement connus parlent déjà plus ou moins d'eux-mêmes, mais, dans tous les cas, il serait sans doute préférable que les participants à ce forum se concentrent sur les écrits de tel ou tel pour étayer leur point de vue, plutôt que sur des affirmations qui, fussent-elles justes, ne sont pas "justifiées" extérieurement, ce qui les rend assez caduques ici. 
Merci. 
Revenir en haut
as.samarkandi



Inscrit le: 02 Nov 2008
Messages: 43
Masculin

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 12:29 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Cher Zéro, je respecte votre attitude prudente pour ce qui concerne les faits dont on ne garde pas de trace écrite, mais vous accepterez volontiers l’idée traditionnelle que sur un période aussi courte, qui va de la mort de R.Guénon à nous, il puisse y a voir des choses transmises oralement et qui soient fiables, à plus forte raison dans le cas de M.Vâlsan puisqu’il y a encore beaucoup de témoins qui l’ont connu de son vivant. Maintenant, je suis d’accord que, vu le contexte, il est plus sûr d’amener des preuves écrites provenant, pour ces sujets, de la correspondance de R.Guénon lui-même. C’est pourquoi je citerai ici un extrait d’une lettre manuscrite de R.Guénon à Lovinescu du 14 Octobre 1935, p. 8, publiée sur le cite de la revue « Symbolos »
http://www.geocites.com/symbolos_fg/imlov/1351014.htm
« C’est bien au groupe de M. Schuon que je pensais en vous parlant de la possibilité d’obtenir une initiation islamique en Europe même ; l’essentiel, pour commencer, est le rattachement par lequel est transmise l’influence spirituelle ; le reste ne vient qu’ensuite…Du reste, je parlerai de la question, en ce qui vous concerne, à M. Schuon dès que j’en aurai l’occasion ; je ne peux le faire en ce moment car il doit changer d’adresse, et je ne sais pas encore où il faudra que je lui écrive maintenant, mais vous pouvez être sûr que je n’oublierai pas. Cette possibilité me paraît être présentement la seule, de ce côté, dans un cas comme le votre, car, de toute autre façon, il faudrait que vous commenciez à apprendre l’arabe suffisamment pour pouvoir communiquer avec des gens qui ne connaissent aucune autre langue. » (Suivent des considérations sur les difficultés que l’on pourrai rencontrer dans les différents pays arabes).
Continuer à mettre des doutes, après cela, sur l’authentification, par R Guénon, de la voie ouverte en Europe par F.Schuon relèverait de la plus mauvaise foi, surtout de la part de quelqu’un qui, comme Lutfî, prétend mettre l’autorité de R. Guénon au dessus de tout. Je constate par la même occasion qu’en plus de sa façon très spéciale de lire les textes, il ignore purement et simplement l’existence de documents importants ou fait semblant de les ignorer…
Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Dim 16 Nov - 13:16 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Cher as-samarkandi,

vous avez raison de citer cette lettre de Guénon, cependant, vous devez savoir qu'il y a eu, dans le groupe de Schuon, de nombreuses irregularites rituelles, et que c'est pour cette raison que Guénon a encourage Valsan a se separer de ce groupe. Or ici, il s'agit non de questions de principes mais de questions de faits, et un Maitre peut en effet ignorer des verites de faits (c'est meme le cas du Prophète, donc a fortiori de tous les autres). Guénon etait renseigne par des gens comme Reyor ou Valsan, et c'est progressivement qu'il a appris les deviations du groupe de Schuon.

En ce qui concerne l'ijazah de Schuon, le texte a ete publie, si je ne m'abuse, dans Connaissance des religions, dans le numero consacre a Schuon, je crois. Et ce texte ne correspond pas a une ijazah, raison pour laquelle, beaucoup de gens du taçawwuf considerent la validite de ce rattachement de maniere dubitative. Maintenant, je reconnais que l'on peut aussi dire que le seul fait que Guénon ait envoye les gens vers Schuon est une confirmation suffisante, c'est un point de vue. Rappelons tout de meme que, lorsqu'il y avait le moindre doute, Guénon conseillait de se faire rattacher de nouveau.

Pour le reste, je constate que la citation d'une lettre de Guénon sur Michel Valsan ne suscite pas de nombreux commentaires.
Revenir en haut
as.samarkandi



Inscrit le: 02 Nov 2008
Messages: 43
Masculin

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 14:43 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Les irrégularités rituelles constatée chez les shuoniens n'ont rien à voir avec la régularité du rattachement initiatique et des moyens correspondant transmis. Je constate que même mis devant l'évidence, lutfî, trouve le moyen de tergiverser. En distinguant à propos de R.Guénon les questions de principe de celles qui dépendent des faits, il ouvre une porte dans laquelle se sont engouffrés tous les détracteurs de R.Guénon, à savoir qu'une bonne partie de son oeuvre dépend aussi de la connaissance médiate qu'il avait de certains faits. Je ne sais pas s'il mesure les conséquences de ce qu'il met en avant.
Je reviens sur un point qu'il a abordé auparavant.
Dans un message du 26 Oct. dans cette rubrique « « Guénonisme » et guénoniens » lutfî pose la question : « Qu’ont reçu les Schuoniens, et partant Michel Vâlsan ? » Nous lui avons répondu dans le message précédent : l’aval de R.Guénon pour ce qui concerne l’ouverture d’une voie initiatique islamique régulière en Occident.
Il dit ensuite : « Une fréquentation effective des centres initiatiques shâdhulites orientaux ou maghrébins nous permet d’affirmer qu’il manque à l’école vâlsaniene les moyens opératifs, parmi les plus essentiels, de la réalisation spirituelle, si tant est que cette école transmet une initiation virtuelle commune à tous les « turuq », et qui est généralement réservée à des « foqara » limités, mais ayant un rôle à remplir dans l’économie d’une telle organisation. »
Pourquoi reste-t-il dans le vague ? Zéro, dans une intervention récente, demandait plus de précision. Quels sont ces centres shadhulites ? Sans nommer les lieux et les personnes exactement, qu’il désigne au moins les villes ! Il se pourrait que d’autres aient fréquenté ces centres, et qu’on apprenne que la vision que les autorités de ces endroits ont de M.Vâlsan ne coïncide pas avec celle de Lutfî.
Comment peut-il dire que les moyens opératifs manquaient dans la « tarîqah » de M.Vâlsan ! Ne sait-il pas qu’avec le rattachement les disciples recevaient un « wird », évidemment, mais aussi un « dhikr » personnel technique parfois très contraignant, qu’ils participaient à des séances communes de lecture coranique, de « dhikr », de litanies shâdhilites ? Ne sait-il pas que beaucoup de disciples, suivant l’exemple de leur maître, pratiquaient le jeûne surérogatoire, la veille et j’en passe ? Comment peut-il ignorer que la connaissance, et un travail intellectuel exigeant étaient, de plus, des piliers de l’engagement dans cette voie ? Ne sait-il pas que M. Vâlsan disait encore quelques mois avant sa mort que la lecture de R.Guénon était un « dhikr », tout comme l’apprentissage de l’arabe ? Comment peut-il avoir une telle ignorance de ce qui se passait réellement autour de M.Vâlsan même, de son vivant ?
Toute la confusion qui est sienne se révèle lorsqu’il avance : « Du reste, ne reconnaît-on pas l’arbre à ses fruits ? »
Les fruits pour lui sont uniquement ce qu’il a pu constater par sa petite expérience « à antony » qui revient sans cesse ; il ne comprend pas qu’il faut distinguer à tout prix l’avant Michel Vâlsan et l’après Michel Vâlsan, la constitution spirituelle d’une « tarîqah » et ses survivances formelles, les phénomènes produits par des « groupes » et les états spirituels des individus qui, éventuellement, font partie de ces « groupes ».
Par ailleurs, il occulte totalement les fruits, pourtant bien visibles, de l’influence de Michel Vâlsan dans le domaine d’une juste connaissance de l’Islam et du « taçawwuf » en général, et de l’œuvre d’Ibn Arabi en particulier. Ne s’est-il pas aperçu que la plupart des études sérieuses en ce domaine ont été produites par des disciples de Michel Vâlsan au point que chacun, selon une stratégie personnelle, influence positivement des milieux forts différents. Même si l’on peut toujours trouver à redire çà et là, sur tel ou tel point de vue, le résultat est incontestable : l’influence spirituelle guénonienne passée par Michel Vâlsan s’est réfractée avec efficacité dans de nombreux disciples qui ont produit des travaux incontournables dans le domaine spirituel. Il faut savoir parfois dépasser, sans les oublier pour autant, les problèmes causés par les dérives de certains de ces disciples, et constater le profit indéniable que l’on peut retirer de leurs travaux.
Revenir en haut
as.samarkandi



Inscrit le: 02 Nov 2008
Messages: 43
Masculin

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 15:01 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Cher Lutfî,
Vous avez cité de mémoire une remarque de R.Guénon concernant Michel Vâlsan et qui serait la suivante :
"Il semble que Vâlsan se soit trompé un peu trop souvent en bien ou en mal sur les uns et sur les autres, ce qu'il vous a dit de la FM est vraiment bien simpliste."
Je vous ferai remarquer premièrement la prudence de Guénon ("il semble"), deuxièmement qu'il s'agit d'informations transmises par des tiers à R.Guénon, d'où cette prudence, et enfin que cette fois vous n'appliquez plus la méthode que vous venez d'employer à propos de Schuon, sur la distinction à faire entre les questions de principe et celles qui relèvent des faits. Je crois que Vâlsan était au courant de cette réflexion de R.Guénon et qu'il a répondu par son texte sur les hauts grades qui est ressorti récemment sous un jour intéressant dans un texte de "La Règle d'Abraham", je crois.
Revenir en haut
Zero
Invité





MessagePosté le: Dim 16 Nov - 16:24 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Nous remercions les deux intervenants d'avoir accédé à notre requête en fournissant quelques références. Car c'est bien cela que nous demandions, dans le but de rendre le débat plus "constructif", et non des précisions qui resteraient invérifiables, comme celles demandées à Lutfi par As.samarkandi. Nous invitons ceux qui sont intéressés par la question du rattachement de Schuon à présenter aux lecteurs du forum les documents (ou simples références) qui permettraient à chacun de se faire une opinion sur le sujet. Il est clair que de simples documents écrits ne fourniront jamais la certitude dans l'un ou l'autre sens (par exemple, l'autorisation écrite de Schuon ne prouve pas qu'il n'y ait pas eu plus, mais que ce ne fût simplement pas écrit ; cela dit, elle ne prouve pas non plus que ce "plus" existât bel et bien), mais au moins, les lecteurs non spécialistes pourront se faire une idée plus précise de la question. Il y a sans doute des textes publiés de Schuon, Vâlsan, Guénon ou d'autres impliqués dans ces affaires qui seraient intéressants de ce point de vue. 
Précisons néanmoins que la question reste très secondaire, puisque la tarîqa de Vâlsan, quelle que soit l'importance qu'on veuille lui accorder (importance qui ne repose pas uniquement sur la validité de ce qui a pu être transmis à Schuon, puisque Vâlsan aurait, selon certains, été rattaché à une autre source plus tardivement), n'existe plus, son représentant n'ayant pas nommé de successeur. Ainsi, il nous semble plus judicieux que ceux qui veulent s'exprimer ici sur Michel Vâlsan, que ce soit comme défenseurs ou comme détracteurs de celui-ci, le fassent en se basant sur ce qu'il a écrit, ou du moins sur ce qui est vérifiable par tout un chacun.    
Revenir en haut
as.samarkandi



Inscrit le: 02 Nov 2008
Messages: 43
Masculin

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 19:42 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Cher Zéro,

La demande que je fais à Lutfî de citer les lieux « shadhulites » d’où il tire ses convictions sur la tarîqah de Michel Vâlsan est au contraire l’occasion de procéder facilement à certaines vérifications. Il n’est pas le seul à fréquenter des lieux semblables depuis des années. Je serais donc très curieux, sans lui demander de précisions excessives, de l’entendre parler un peu de ces endroits… D’autre part, si la tarîqah de M.Vâlsan, telle qu’elle était établie de son vivant n’existe plus, et pour cause son fondateur ayant disparu, il n’en demeure pas moins qu’un certain nombre de personnes continuent de transmettre un rattachement provenant de Michel Vâlsan, et que d’autres disciples directs de ce maître sont toujours vivants, même s’ils n’exercent aucune fonction. Il n’y a donc aucune raison de laisser Lutfî dire n’importe quoi sur le sujet ne serait-ce que par respect pour les personnes que je viens d’évoquer. Il me semble que c’est la moindre des choses que de réagir à toutes ses allégations qui mettent en cause la régularité de M.Vâlsan, l’orthodoxie de sa doctrine vis-à-vis de R.Guénon, et la valeur de sa direction spirituelle. J’ajouterai que l’influence de M.Vâlsan s’étend bien au-delà de la tarîqah qui s’était formée autour de lui, ne serait-ce que par la présence, dans d’autres « « turuq », de beaucoup de ses anciens disciples.
Je rappelle que c’est lui, Lutfî, et lui seul, qui dans maintes rubriques, a « balancé » des accusations graves contre M.Vâlsan qui ont troublé des lecteurs et des participants de ce forum ; il n’y a aucune raison de ne pas le pousser dans ses derniers retranchements. C’est pourquoi nous continuerons à reprendre systématiquement toutes ses accusations et à les réduire une à une. Tout cela dans le but du plus grand bien pour lui.
S’il avait voulu vraiment lancer positivement des débats sur l’ « accord sur les principes » qui lui tient tant à cœur, il s’y serait pris autrement qu’en mettant en cause M.Vâlsan avec des arguments aussi pauvres. En ce qui me concerne, je pense que cette question capitale pour tout guénonien aurait dû se concentrer sur la résolution des problèmes dus aux points de vue différents pris par les doctrines pour rendre compte de la Réalité sous tous ses aspects. On aurait très vite compris alors la nécessité, pour résoudre certaines difficultés, de s'en remettre à l'enseignement de M.Vâlsan comme complément de celui de René Guénon. Le problème aurait été résolu "par en haut", c'est-à-dire qu'il n'aurait jamais existé.
Revenir en haut
Zero
Invité





MessagePosté le: Dim 16 Nov - 20:21 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Il ne s'agit pas pour nous de contester la légitimité de vos questions, ni la facilité ou pas qu'il y aurait à juger les éventuelles réponses de Lutfi. Simplement, il nous semble qu'elles n'ont pas place ici. Si vous désirez parler avec lui de choses touchant aux milieux vâlsaniens, nous n'y voyons aucun problème, et n'avons même pas d'avis à donner s'il s'agit d'une discussion privée. Si, par contre, il s'agit de publier sur le forum des indications que seuls les connaisseurs de ces milieux restreints pourraient vérifier, permettez que nous vous en dissuadions. 
Le fait que des disciples directs de Michel Vâlsan soient toujours vivants n'ôte rien à ce que nous disions, la question ne concernant que ces individus isolés et ne correspondant en rien aux préoccupations normales de ce forum. 
Tout comme (sur le fil "Alain Daniélou") nous avons signalé le manque de pertinence de la question du rattachement hindou de Guénon, nous affirmons ici que la "régularité" de Michel Vâlsan ou "la valeur de sa direction spirituelle", si elles ont (ou ont eu) une importance ponctuelle pour ses disciples, ne sauraient rien changer à ce qu'il a laissé comme œuvre écrite. Ainsi, c'est cela ("l'orthodoxie de sa doctrine") qui devrait normalement occuper les débats, si tant est que certains la remettent en cause. Si l'on veut absolument parler de son rattachement, qu'on le fasse en examinant les sources publiques, et non (ou du moins pas seulement) des propos qui, par manque de références, pourraient toujours être remis en cause, le débat se répétant ainsi indéfiniment. 
Il ne saurait par ailleurs s'agir de "pousser Lutfi dans ses derniers retranchements", mais seulement d'essayer de défendre la vérité, en faisant fi autant que possible des questions de personne. D'autre part, ce n'est pas ainsi que vous pourrez "réduire ses accusations une à une", puisque, si vos réponses se placent sur le même plan (non doctrinal) que certaines de ses accusations, elles n'auront malheureusement pas plus de poids. 
Quant à considérer l'oeuvre de Vâlsan comme complément "nécessaire" à l'oeuvre de Guénon, nous vous laissons libre de vos propos, mais aussi seul responsable, car nous ne pensons pas, au vu de son oeuvre, que Vâlsan lui-même fût du même avis. Ce n'est là que notre opinion, et nous espérons que ce débat continuera dans une bonne entente. 
Revenir en haut
as.samarkandi



Inscrit le: 02 Nov 2008
Messages: 43
Masculin

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 20:56 (2008)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens Répondre en citant

Cher zéro,
Sur le fond vous avez parfaitement raison et croyez-moi, je n'ai pas l'habitude d'entrer dans de pareils débats. Je note tout de même à l'occasion que Lutfî a lancé toutes ses accusations depuis plusieurs mois sur ce forum sans qu'il lui soit répondu dans le détail. Il semble que l'idée même que cela puisse être entrepris sérieusement rencontre des réticences. Je vous signale, parce que cela mérite d'être dit en public, que le dit "Lutfî", sous son nom authentique, a adressé des missives à un, ou des, directeurs de revues dites "guénoniennes" pour attirer leur intention sur les divergences supposées entre R.Guénon et M.Vâlsan. A l'occasion il a invité à le lire sur ce forum. C'est la seule raison qui m'a fait intervenir ici, surtout quand j'ai vu l'ampleur des dégats. Maintenant, soyez rassuré, mes dernières interventions auront un caractère beaucoup plus "doctrinal". Mais, comprenez-moi bien: il était impossible de laisser passer tout ce qu'à dit Lutfî, une fois qu'il avait eu la possibilité de le dire sans restriction,lui.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:29 (2017)    Sujet du message: "Guénonisme" et guénoniens

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tradition et Modernité Index du Forum -> Forums -> Actualités et Problèmatiques Contemporaines Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 2 sur 6

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com