Tradition et Modernité Index du Forum Tradition et Modernité
Pour une synthèse des réflexions
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Alain Finkielkraut

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tradition et Modernité Index du Forum -> Forums -> Auteurs et Oeuvres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
ALM
Administrateur


Inscrit le: 21 Juin 2008
Messages: 159

MessagePosté le: Mar 16 Sep - 00:48 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Alain Finkielkraut :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Finkielkraut
-------------------
"Prosterne toi et approche toi" Coran
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 16 Sep - 00:48 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Mar 16 Sep - 00:59 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Finky, c'est mon préféré. Je l'adore.
Non sérieusement, c'est un homme intelligent, et en général, quant il s'exprime, cela incite à la réflexion. Mais je trouve que le vrai plaisir vient de ce que c'est un moderne, et un moderne qui se rend compte que le monde moderne est un projet qui a échoué (Nous autres modernes). D'où sa manière névrotique de se trémousser dans tous les sens. Lorsqu'on l'écoute à la radio, ce qui est passionnant, ce sont les constats qu'il fait, mais lorsqu'on le voit, il gigote tellement que j'éprouve souvent de vraies difficultés à me concentrer sur sa pensée. Le vrai bonheur, ce fut de l'écouter sur rcj parler de la nouvelle barbarie qui naît en banlieue. Le constat était vrai, et pas très original. Mais lorsqu'Ilana Cicurel lui a demandé la cause de la confusion mentale actuelle, et que lui, Finkielkraut, a répondu: "la démocratie!" C'était un vrai bonheur.
Après, il a très bien expliqué la contradiction entre le principe de la démocratie et celui de l'enseignement. Si quelqu'un retrouve l'enregistrement, cela vaut la peine.
Revenir en haut
ALM
Administrateur


Inscrit le: 21 Juin 2008
Messages: 159

MessagePosté le: Mar 16 Sep - 01:12 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Entièrement d'accord, notamment sur "névrotique".

On mentionnera tout de même son sionisme patenté, source de bien des incohérences chez lui.
-------------------
"Prosterne toi et approche toi" Coran
Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Mar 16 Sep - 02:08 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

En fait, c'est grâce à lui que j'ai compris ce que Léautaud voulait dire quant il qualifiait certain intellectuel d'énergumène (mot qui, à l'origine, veut dire "possédé du diable").
Finky sur les émeutes: "il faut leur faire honte! c'est les respecter que de leur faire honte de ces actes de violence." (je résume, et Finky le disait mieux)
Finky sur l'agression d'Alain Soral: "je condamne! Je condamne! mais enfin, si nous devons condamner, il faut aussi faire preuve d'empathie..." (je résume, Finky le disait mieux, mais l'empathie a duré 20 mn sur la video)

Enfin le truc c'est que chacun de ces raisonnements, pris à part, me semble juste, et parfaitement justifiable (contestable si on veut, mais justifiable aussi). Le problème, c'est lorsqu'on met les deux réactions l'une à côté de l'autre que cela ne colle plus. Ou il faut faire preuve d'empathie pour les violents, et alors pourquoi Finky n'en fit-il jamais preuve à l'égard des émeutiers de banlieue? Ou bien il faut faire preuve d'une juste sévérité, et c'est tout, et alors que vient faire l'empathie proclamée comme un devoir?

Finky fait assez rarement l'erreur de se contredire en une fois: presque toujours, lorsqu'il aborde une question, son raisonnement se tient, et c'est un vrai raisonnement, pas du BHV ou BHL (je ne sais plus). C'est quant on compare son raisonnement sur un sujet et son raisonnement sur un autre que souvent il y a un hic.
Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Lun 13 Oct - 20:48 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Quelques extraits de Nous autres modernes  intéresseront peut-être plus particulièrement les lecteurs de ce forum.

Citation:

Hérodote, disait Cicéron, est le père de l'histoire, et la postérité a confirmé ce jugement. Hérodote, qui vivait au Ve siècle avant notre ère, à Halicarnasse, en Asie Mineure, raconte dans son Enquête le conflit qui mit aux prises l'Empire perse et le monde grec. (...) Déjà présente dans l'Iliade d'Homère, la plus grande épopée de tous les temps est la seule qui invite l'auditeur à pleurer aussi sur les malheurs de l'ennemi, l'exigence d'impartialité est confirmée par Hérodote dans le cadre d'une oeuvre en prose qui prétend à la restitution des faits. C'est alors que commence la longue histoire de la poursuite désintéressée de la vérité. Hérodote, premier narrateur des vérités factuelles, inaugure l'objectivité ainsi définie par Hannah Arendt: "Cette passion désintéressée, inconnue en dehors de la civilisation occidentale pour l'intégrité intellectuelle à tout prix."



On voit donc qu'Alain Finkielkraut n'a jamais lu ni le Mahâbhârata ni le Râmâyana, et que d'autre part il ignore encore en 2005 (date de la parution de son livre) que la civilisation chinoise est bien plus ancienne que la civilisation grecque, et que c'est bien la civilisation chinoise qui est la plus ancienne civilisation connue aujourd'hui à avoir développé la connaissance historique.

C'est à la fois intéressant et curieux, parce que, à propos de la loi Gayssot, Finkielkraut, toujours en se référant à Hannah Arendt, évoquait un général français de la Guerre de 14 à qui on demandait ce que les historiens écriraient, et ce général répondait qu'il ne le savait pas, mais que l'on ne pourrait pas dire que c'était la Belgique qui avait envahi l'Allemagne. Or pourtant, Alain Finkielkraut peut se croire permis d'écrire l'histoire de l'humanité ou d'en parler tout en ignorant et l'Inde et la Chine. Quelle est donc la différence avec les "négationistes" que condamne Finkielkraut? Peut-être est-il de bonne foi et simplement ignorant, mais alors, il en va peut-être de même pour les gens condamnés par la loi Gayssot. Et d'autre part, un tel degré d'ignorance historique est-il donc permis à un professeur de Polytechnique?

Si il s'agit de la passion de la vérité désintéressée, les Extrême-Orientaux l'ont tout autant que les Occidentaux, en revanche, ce qui est un véritable aveu de la part d'Hannah Arendt (et donc de Finkielkraut), c'est qu'elle affirme ainsi que la seule vérité qu'elle conçoit est la vérité de fait, et l'on est donc bien loin de l'intégrité intellectuelle telle qu'elle est conçue dans la métaphysique orientale.

Mais enfin si les vérités de principe échappent à ce point aux modernes, peut-on encore considérer qu'ils ont "une passion désintéressée pour l'intégrité intellectuelle à tout prix" lorsqu'ils sont capables de nier implicitement les deux plus anciennes civilisations de l'humanité qui subsistent actuellement? Car si ce genre d'affirmations ne peuvent être excusées que par l'ignorance, c'est cette ignorance même qui est inexcusable de la part d'universitaires qui affirment avoir la passion de la vérité de fait.

******
 

Je viens d'achever la lecture de Nous autres, modernes. Et je dois dire que je suis triste. Je croyais m'être attendu au pire, et cependant je me trompais.
Bien sûr, Finkielkraut allait déjà assez loin. Ainsi, il cite un passage de Victor Hugo, qu'il va bien falloir citer:

Citation:

Tous les railways qui paraissent aller dans des directions différentes, Petersbourg, Madrid, Naples, Berlin, Vienne, Londres, vont au même lieu: la paix. Le jour où le premier air-navire s'envolera, la dernière tyrannie rentrera sous terre.



Et Finkielkraut cite ce passage d'une manière positive: pas la moindre remarque sur le fait que le moins que l'on puisse dire, c'est que l'invention de l'aviation n'a pas vraiment confirmé la naïveté (pour éviter d'employer d'autres mots qui viennent à l'esprit) des réflexions de Victor Hugo.

Mais enfin, dans le dernier chapitre de son livre, Finkielkraut revient sur le tremblement de terre de Lisbonne qui avait inspiré à Voltaire certaines réflexions contre l'idée de providence divine. Je ne reviendrai pas sur cet épisode fameux, et qui a certes provoqué des réflexions de Voltaire et de Rousseau, de Goethe aussi, mais sur lequel surtout, il y eut des mises au point remarquables de Joseph de Maistre dans Les Soirées de Saint-Pétersbourg.

Ce n'est pas le lieu de parler de ceci, car ce qu'il faut lire ici, ce sont les réflexions de Finkielkraut sur ce "débat" (dont est exclu Joseph de Maistre que Finkielkraut n'ignore pas, cependant):

Citation:

Qu'en est-il de ce grand débat, deux cent cinquante ans et d'immenses avancées technologiques plus tard? Nous avons fait nôtre la contestation voltairienne de l'axiome "tout est bien". Nous avons, à sa suite, choisi l'espérance active contre les sortilèges de l'illusion et nous avons mis en pratique l'exhortation à cultiver notre jardin avec une telle ardeur et une telle efficacité qu'il n'y a plus désormais de catastrophe naturelle.



Et ce livre fut publié en 2005, donc après le tsunami du 26 Décembre 2004, dont il faut rappeler qu'il fit entre 200 000 et 300 000 morts!
Alors on ne sait plus que dire, parce que l'on pouvait croire, jusqu'à la lecture de ce passage, qu'Alain Finkielkraut était un homme intelligent, à qui il arrivait de se tromper, de manquer de lucidité. Mais écrire cela eut déjà été stupide en 2004, cela aurait signifié que l'homme réfléchissait peu, ne s'informait pas du tout, qu'il n'avait pas entendu parler des tremblements de terre. En 2005, on ne sait plus que dire.

On ne sait plus que dire. Une personne qui peut écrire cela, comment peut-on l'appeler? Et c'est un professeur de polytechnique!
On ne sait plus que dire, parce qu'il ne s'agit pas d'une question de pensée, mais d'une question de fait.
On ne sait plus que dire parce que Finkielkraut nous apprend soudain que pour lui 200 000 morts au moins ne sont rien, et que en ceci, il montre qu'il a autant d'humanité qu'Eichmann. Et peut-être faut-il y voir l'explication de son hystérie quand des gens nient les crimes nazis, car ce genre de négation, c'est ce qu'il pratique lui-même en permanence, quant l'horreur ne frappe que les autres.

De toute manière, il est difficile de ne pas faire un constat de décès de l'intelligence de Finkielkraut, après qu'il eut écrit ces quelques mots.
Revenir en haut
Condottiere



Inscrit le: 24 Juil 2008
Messages: 9
Localisation: Empire Romain
Masculin

MessagePosté le: Mer 15 Oct - 23:20 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Cher Lutfi,


 Autant votre avant-dernier message me semblait montrer de façon pertinente les limites de Finki, autant votre dernier message ne fait à mon humble avis que manifester votre incompréhension des propos que vous avez lus. 
 Sans prétendre connaître parfaitement la pensée de cet auteur, je crois pouvoir dire que le titre de son livre, Nous autres modernes, est un artifice rhétorique, plutôt habile d'ailleurs, artifice que l'auteur emploie afin de pouvoir critiquer les modernes en donnant l'impression qu'il ne s'en exclut pas : il évite ainsi de possibles accusations d'orgueil ou de réaction. Il me semble que votre lecture ne prend pas ce fait en compte.
 Or, la phrase que vous mettez en gras prend alors un autre sens : Finki parle pour les modernes plus qu'il ne parle en tant que moderne, qualité, au reste, que nous ne songeons pas à lui dénier. Et, pour l'avoir entendu parler de ce sujet à maintes reprises, je crois pouvoir affirmer avec quelque certitude que, en écrivant cette phrase, notre philosophe ne fait que décrire les opinions modernes. En effet, aux yeux des modernes, il n'y a plus de catastrophes naturelles, car nous vivons désormais dans un univers où le souhait de Descartes d'un homme maître et possesseur de la nature a été exaucé : il n'y a donc plus de catastrophes naturelles non pas parce qu'il n'y a plus de catastrophes (tsunamis ou autres) mais parce qu'il n'y a plus de nature (on pourrait parler du problème de la pédérastie pour montrer que, effectivement, il n'y a plus de nature pour les modernes). Pour le moderne, le monde est régi par une causalité humaine totale, et même totalitaire, ai-je envie de dire : c'est pourquoi tout événement, de nos jours, surtout s'il a des conséquences néfastes, a nécessairement un responsable humain (et donc un responsable culturel, et non pas naturel, si vous voulez) : quand le tsunami a eu lieu, on a immédiatement cherché les coupables, et accusé le tourisme de masse (ou, plus exactement, les industriels du tourisme, car le tourisme, entreprise démocratique, ne saurait en soi être critiqué) ou je ne sais plus qui ou quoi, avec la mauvaise foi bouffonne qui caractérise le moderne ; car, l'athée qu'est le moderne, s'il était conséquent, ne devrait voir que la main du hasard dans ces catastrophes. Or, comme je le disais, il accuse l'homme, en disant que c'est le réchauffement climatique, causé par les activités humaines, qui est cause des catastrophes dont nous parlons : et donc, je me répète encore, il n'y a plus de nature dans les catastrophes naturelles, que l'on ferait mieux dès lors d'appeler des catastrophes culturelles (au sens, cela va de soi, de produit des activités humaines).
 C'est ce que Finki, me semble-t-il, a voulu dire, sans reprendre, me semble-t-il encore une fois, ces propos à son compte.
 
Quoi qu'il en soit, il paraît bien présomptueux d'enterrer l'intelligence de qui que ce soit. Personnellement, je ne me le permettrais pas, sauf, peut-être, si je devais parler de quelqu'un qui fait régner sur les forums la quantité de ses messages à l'orthographe douteuse ; ou encore si je devais parler de quelqu'un qui fait des fautes de logique aussi grossières que celle-ci : 
 
Citation:
Je pourrais prendre l'exemple des arts martiaux: ils sont bien dépendants de la tradition extrême-orientale, puisqu'ils en sont une application. Mais ils sont aussi indépendants, et peuvent être pratiqués par toute personne, que celle-ci soit ou non rattachée à une forme traditionnelle.


Phrase qui contrevient de manière exemplaire à la loi logique du tiers exclu (Principe selon lequel de deux propositions contradictoires, l'une étant vraie, l'autre fausse, il n'y a pas d'autre possibilité, in TLF), pourtant connue de tout écolier depuis qu'Aristote l'énonça, et faute de logique d'autant plus ridicule que l'on cite quelques lignes plus loin un proverbe japonais, du reste superbe : 
 
Citation:
"ceci, c'est ceci, cela, c'est cela." 

Enterrerais-je pour autant l'intelligence d'une telle personne, qui d'ailleurs doit se considérer au dessus de la logique ? A vrai dire, j'espère que j'aurais la noblesse et l'humanité de me souvenir d'autres messages qu'elle aurait écrits, des messages qui m'auraient appris maintes choses, et de fort intéressantes encore. Je serais dès lors moins catégorique... à moins que je ne me souvinsse d'un message parlant d'un certain Jacques Vergès comme d'un frère et fournissant des explications délirantes...
 A ce propos, je dois faire un aveu : Finki est mon frère. Je le sais depuis cette émission de télé durant laquelle il me regarda, droit dans les yeux, à travers l'écran. Je sais que, parmi les milliers de téléspectateurs, c'est bien moi qu'il regardait.
Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Jeu 16 Oct - 00:15 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Cher condottiere,
"Ceci c'est ceci, cela, c'est cela" est tout simplement un proverbe japonais. Si vous n'en comprenez pas le sens, ce n'est pas de ma faute.

Citation:

Citation:
Je pourrais prendre l'exemple des arts martiaux: ils sont bien dépendants de la tradition extrême-orientale, puisqu'ils en sont une application. Mais ils sont aussi indépendants, et peuvent être pratiqués par toute personne, que celle-ci soit ou non rattachée à une forme traditionnelle.

Phrase qui contrevient de manière exemplaire à la loi logique du tiers exclu (Principe selon lequel de deux propositions contradictoires, l'une étant vraie, l'autre fausse, il n'y a pas d'autre possibilité, in TLF), pourtant connue de tout écolier depuis qu'Aristote l'énonça, et faute de logique d'autant plus ridicule que l'on cite quelques lignes plus loin un proverbe japonais, du reste superbe



Il n'est pas difficile de comprendre qu'une chose peut être dépendante et indépendante d'une autre sous deux rapports différents. Si vous ne le comprenez pas, c'est regrettable, mais surtout pour vous. Les arts martiaux sont effectivement issus de la tradition extrême-orientale, mais il n'est pas nécessaire d'avoir un lien particulier avec celle-ci pour les pratiquer: cela vous semble-t-il insaisissable?

Pour le reste, il semble que vous n'avez tout simplement pas lu le livre de Finkielkraut. Et si votre interprétation était juste, cela voudrait tout simplement dire que ce livre est très mal écrit. Cependant vous écrivez:

Citation:
En effet, aux yeux des modernes, il n'y a plus de catastrophes naturelles, car nous vivons désormais dans un univers où le souhait de Descartes d'un homme maître et possesseur de la nature a été exaucé : il n'y a donc plus de catastrophes naturelles non pas parce qu'il n'y a plus de catastrophes (tsunamis ou autres) mais parce qu'il n'y a plus de nature (on pourrait parler du problème de la pédérastie pour montrer que, effectivement, il n'y a plus de nature pour les modernes).



Je ne vois pas très bien ce que les moeurs d'Aristote viennent faire dans l'histoire, mais enfin une catastrophe naturelle reste une catastrophe naturelle: il n'y a que certains Européens pour ne pas s'en rendre compte. Et jusqu'à plus ample information, quand un tremeblement de terre a lieu dans le monde, on parle bien de catastrophe naturelle, même dans les medias européens. Je ne sais pas qui a pu accuser le tourisme de masse, puisque j'étais en Asie au moment du tsunami. Mais il est clair que cela ne pourrait vouloir dire qu'une chose: seules les victimes occidentales comptaient peut-être pour certains. Parce que je ne supose tout de même pas qu'il y a des gens qui en viennent à rendre le tourisme d'un raz-de-marée!

Et au Japon, il se trouve qu'au Japon, dont Finkielkraut parle brièvement, on a assez l'habitude des tremblements de terre, donc on sait ce qu'est une catastrophe naturelle à laquelle les hommes ne peuvent rien. Un des problèmes de Finkielkraut, mais il est loin de lui être propre, c'est de prendre l'humanité occidentale pour l'humanité tout court. Que plusieurs milliards d'hommes vivent dans un tout autre monde que le sien, c'est-à-dire dans un tout autre monde intellectuel, cela lui échappe entièrement.

Si Finkielkraut fait des artifices rhétoriques, encore une fois ils sont bien dissimulés, car à aucun moment il ne lui arrive de signaler le ridicule de certaines erreurs, et il est en effet impossible de distinguer dans son livre son poit de vue du point de vue des modernes. Mais de toutes façons, il est clair que Finkielkraut, dans toutes ses interventions publiques, s'est toujours présenté comme un moderne et rien d'autre. Si vous voulez démontrer le contraire avec des citations précises, vous êtes le bienvenu.

Si vous voulez une explication simple sur Jacques Vergès, je me sens solidaire de lui sur un point: il est Asiatique, et il est le seul, dans les medias français à rappeler certaines vérités que les Occidentaux, spécialement les Français ont du mal à se rappeler. C'est assez loin de représenter un accord sur toutes choses, mais la connaissance des caractères chinois crée effectivement des liens dont les Occidentaux peuvent difficilement mesurer la portée.

Je rappellerais juste que, lorsque Finkielkraut dit qu'il n'y a plus de catastrophes naturelles, c'est dans un chapitre où il est d'abord question du tremblement de terre de Lisbonne en 1755, qui fit 60 000 morts. Et si il y a bien un type de catastrophe naturelle qui se répète à notre époque, ce sont les tremblements de terre. La liste serait trop longue des tremblements de terre qui ont fait des dizaines de milliers de morts dans différentes régions du monde durant les dernières décennies.
Si Finkielkraut ou d'autres l'oublient, c'est qu'ils ne sont pas au courant, ce qui est tout de même un comble de la part de gens qui passent leur temps à étudier l'actualité.
Quant à oublier que ce sont des phénomènes naturels auxquels l'homme ne peut rien, cela ressemble plutôt à de la science-fiction.
Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Jeu 16 Oct - 01:37 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Pour revenir à Alain Finkielkraut d'une manière générale, on peut rappeler sa position sur le voile à l'école: ce qu'il a clairement reproché aux jeunes filles qui le portaient, c'était que par là elles affirmaient la transcendance de leur religion par rapport à l'école laïque, car c'est celle-ci qui pour lui est sacrée. C'est donc bien un moderne dans tous les sens du mot, et il n'y a donc aucune concession à lui faire. Seulement on peut être dans l'erreur et faire des raisonnements justes, ou même pertinents sur certains points. On peut évoluer aussi. J'avoue que je l'espère un peu moins de sa part après avoir lu ce livre. Mais ce n'est certes pas à ce livre que remonte la divergence la plus fondamentale, c'est le moins que l'on puisse dire.

Et encore, dans la fameuse crise des banlieues de 2005, le scandale suprême fut pour lui la destruction des écoles. Or celle-ci se justifierait suffisamment à l'égard d'un enseignement qui est le sien, puisqu'il a écrit aussi dans la préface de ce même livre:

Citation:
j'ai choisi pour maxime pédagogique cette confidence de l'immense professeur que fut Michelet: "J'ai toujours eu l'attention de ne jamais enseigner que ce que je ne savais pas."


Quant on écrit de telles aberrations, on peut tout se permettre. Mais on peut se demander aussi si ce n'est pas ce qu'ont instinctivement senti les jeunes qui ont détruit les écoles.

Et on peut se demander légitimement ce que vient faire alors la phrase d'Hannah Arendt dont il se réclame aussi: "Cette passion désintéressée, inconnue en dehors de la civilisation occidentale pour l'intégrité intellectuelle à tout prix." Non seulement cette phrase est d'une prétention invraisemblable, mais que vient faire l'intégrité intellectuelle (sans parler de son monopole) de la part de quelqu'un qui est attentif à "enseigner ce qu'il ne sait pas"?
Revenir en haut
Salomon Bel-Air



Inscrit le: 03 Oct 2008
Messages: 40
Localisation: Pas très loin de la Noosphère
Masculin

MessagePosté le: Jeu 16 Oct - 06:46 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Citation:
j'ai choisi pour maxime pédagogique cette confidence de l'immense professeur que fut Michelet: "J'ai toujours eu l'attention de ne jamais enseigner que ce que je ne savais pas."


Vous êtes sûr que ce n'est pas une faute de frappe.

Citation:
Quant on écrit de telles aberrations, on peut tout se permettre. Mais on peut se demander aussi si ce n'est pas ce qu'ont instinctivement senti les jeunes qui ont détruit les écoles.


J'en suis dubitatif alors.
Revenir en haut
Edgar



Inscrit le: 25 Juin 2008
Messages: 58

MessagePosté le: Jeu 16 Oct - 07:30 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Je reproduis un extrait d'un entretien de Finkielkraut avec Taddéï:

Citation:
Je ne fais pas d'opposition tranchée, radicale, catégorique entre l'émotion et la raison. La pensée nait de l'émotion. Il y a de l'affect dans le réflexion et une réflexion sans affect, c'est une sorte de pathologie.

(source : http://www.dailymotion.com/prince_de_conde/video/x72nme_finkielkraut-interv…  vers la 10e minute)

On ne voit pas bien ce qui lui permet, avec une telle conception, de parler d'universalisme ni même de vérité. Si toute pensée nait de l'émotion, pourquoi telle pensée serait supérieure à telle autre ? C'est quand même bien lui qui tend le bâton de l'égalitarisme pour se faire battre. 

Le principal problème de Finkielkraut, c'est d'être utopiste. Il a vaguement une conception d'un monde idéal, mélange de société de cour du XVIIIe et de socialisme, et il y plie toutes ses réflexions. Pour lui, le sens de la vie, c'est d'être cultivé et de parler de Kundera avec des gens distingués. Il ne conçoit pas qu'on puisse penser autrement.
Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Jeu 16 Oct - 13:26 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Citation:
Citation:
j'ai choisi pour maxime pédagogique cette confidence de l'immense professeur que fut Michelet: "J'ai toujours eu l'attention de ne jamais enseigner que ce que je ne savais pas."


Vous êtes sûr que ce n'est pas une faute de frappe.


Cher Salomon Bel-Air, non seulement ce n'est pas une faute de frappe, mais la citation, p. 13 de l'édition folio, se retrouve même sur le quatrième de couverture.

Citation:
Je reproduis un extrait d'un entretien de Finkielkraut avec Taddéï:

Citation:
Je ne fais pas d'opposition tranchée, radicale, catégorique entre l'émotion et la raison. La pensée nait de l'émotion. Il y a de l'affect dans le réflexion et une réflexion sans affect, c'est une sorte de pathologie.

(source : http://www.dailymotion.com/prince_de_conde/video/x72nme_finkielkraut-interv…  vers la 10e minute)

On ne voit pas bien ce qui lui permet, avec une telle conception, de parler d'universalisme ni même de vérité. Si toute pensée nait de l'émotion, pourquoi telle pensée serait supérieure à telle autre ? C'est quand même bien lui qui tend le bâton de l'égalitarisme pour se faire battre. 

Le principal problème de Finkielkraut, c'est d'être utopiste. Il a vaguement une conception d'un monde idéal, mélange de société de cour du XVIIIe et de socialisme, et il y plie toutes ses réflexions. Pour lui, le sens de la vie, c'est d'être cultivé et de parler de Kundera avec des gens distingués. Il ne conçoit pas qu'on puisse penser autrement.


Merci pour la référence cher Edgar. Je suis tout à fait d'accord avec vous. Mais je trouve en plus que le cas de Finkielkraut est aggravé par le fait qu'il est professeur à Ploytechnique: si il y a bien un mode de réflexion qui nous apprend à penser sans affect, ce sont les mathématiques. Il n'y a pas ici d'acte de foi, ou de sentiment, et peu importent les convictions religieuses ou philosophiques dans la réflexion mathématique. Et Finkielkraut y voit une pathologie!

Citation:
Si toute pensée nait de l'émotion, pourquoi telle pensée serait supérieure à telle autre ?


On ne saurait mieux dire.

Citation:
Le principal problème de Finkielkraut, c'est d'être utopiste. Il a vaguement une conception d'un monde idéal, mélange de société de cour du XVIIIe et de socialisme, et il y plie toutes ses réflexions. Pour lui, le sens de la vie, c'est d'être cultivé et de parler de Kundera avec des gens distingués. Il ne conçoit pas qu'on puisse penser autrement.


Oui, mais en ceci il est totalement malhonnête. Par exemple, sur cet histoire du tremblement de terre de Lisbonne et du poème de Voltaire, Joseph de Maistre a fait des réflexions où il parle justement de la Providence divine, et Finkielkraut qui cite Joseph de Maistre sur d'autres points, s'abstient soigneusement d'en parler, comme il s'abstient, touit au long de son livre sur "eux autres, les modernes" de citer le moindre auteur parmi ceux qui ont dénoncé cette pensée. Oui, il aime être cultivé, à condition d'avoir éliminé de la culture tout ce qui pourrait le gêner. Et il me paraît difficile de croire qu'il n'a jamais entendu parler de Guénon. Ce n'est pas tout à fait impossible, puisqu'il vit dans une tour d'ivoire, ignorant systématiquement ce qui n'entre pas dans ses propres conceptions. Mais c'est tout de même peu probable.

En tout cas, Nous autres, modernes est une belle illustration de La Crise du monde moderne, et c'est ce qui fait son intérêt: on sent que Finkielkraut pressent la catastrophe vers laquelle tend irrémédiablement le monde qu'il avait appelé de ses voeux, et qu'il est en même temps incapable de sortir de cette logique catastrophique.
Revenir en haut
Condottiere



Inscrit le: 24 Juil 2008
Messages: 9
Localisation: Empire Romain
Masculin

MessagePosté le: Jeu 16 Oct - 21:42 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Il va de soi, pour vous Lutfi, pour les lecteurs de ce forum, tout comme pour moi, que vous avez raison. Vous ne sauriez d'ailleurs qu'avoir raison, sur tout sujet et en toute circonstance ; que l'on parle de Finki, ou des saints préservés du supplice du feu. Vous avez même raison quand vous avez tort ; bien mieux, quand vous avez tort, vous avez aussi raison sous un rapport différent. C'est bien évidemment moi qui ne comprends rien, moi qui ne suis pas un initié, moi qui ne suis pas même ceinture noire de karaté.
 Toutefois, comme je ne voudrais pas que certains lecteurs de ce forum, aussi stupides que moi, fussent trompés par notre échange, je les prie d'oublier que j'ai écrit : 

 
Citation:
Finki parle pour les modernes plus qu'il ne parle en tant que moderne, qualité, au reste, que nous ne songeons pas à lui dénier.




  Je rougis de devoir l'expliquer, mais cela signifie que je conviens tout à fait que Finki est un moderne ; ce qui n'empêche pas qu'il puisse critiquer certains développements de la modernité, d'un point de vue strictement moderne. Que les lecteurs, en conséquence, oublient aussi que vous avez répondu en me lançant ce défi : 
 
Citation:
Mais de toutes façons, il est clair que Finkielkraut, dans toutes ses interventions publiques, s'est toujours présenté comme un moderne et rien d'autre. Si vous voulez démontrer le contraire avec des citations précises, vous êtes le bienvenu.


C'est donc à l'aune du degré de compréhension de la langue française que vous manifestez dans cette réponse, où vous me défiez de prouver quelque chose que j'ai clairement nié, que je demande aux lecteurs de juger de la qualité de nos échanges, et il sera évident pour eux que vous avez raison.
Qu'ils soient alors confirmés dans leurs certitudes lorsqu'ils liront que, contrairement à votre remarque, je n'ai jamais fait venir les moeurs d'Aristote dans l'histoire (je disais simplement que, dans les débats sur la pédérastie, les modernes disent à ceux qui affirment que cette perversion n'est pas naturelle que la nature, précisément, n'existe pas, puisque, comme le dit un des axiomes de la modernité, tout est culture) et que vous n'avez strictement rien compris à ce que j'ai dit sur les catastrophes naturelles : je ne nie pas que les médias aient parlé de catastrophe naturelle lors du tsunami ; je dis simplement que lorsqu'ils allèguent le tourisme ou le réchauffement climatique pour expliquer le tsunami, ils affirment, fût-ce inconsciemment, que l'homme est responsable de tout, même de ce que l'on appelle les catastrophes naturelles ; catastrophes qui logiquement ne devraient donc plus être appelées naturelles. 
A tous ceux qui avaient compris, je demande pardon pour cette leçon, d'autant plus que je dois ajouter, pour les éventuels mauvais lecteurs, que, en écrivant cela, je n'affirme pas que je suis d'accord avec les modernes.
 Mais vous avez raison, cher Lutfi, même si d'aventure vous pourriez paraître avoir tort sous un rapport différent. Je ne comprends rien à rien, je le sais, et je me sens vraiment coupable d'avoir exposé mon imbécillité sur votre forum, cher Lutfi. Je ne m'autoriserai plus cette outrecuidance, et vous laisserai désormais décerner vos brevets d'intelligence à Finki ou Vâlsan, maître Lutfi.
  
Je reste malgré tout votre humble & dévoué serviteur.
 


 


Revenir en haut
Lutfi
Invité





MessagePosté le: Jeu 16 Oct - 23:15 (2008)    Sujet du message: Alain Finkielkraut Répondre en citant

Citation:
Il va de soi, pour vous Lutfi, pour les lecteurs de ce forum, tout comme pour moi, que vous avez raison. Vous ne sauriez d'ailleurs qu'avoir raison, sur tout sujet et en toute circonstance ; que l'on parle de Finki, ou des saints préservés du supplice du feu. Vous avez même raison quand vous avez tort ; bien mieux, quand vous avez tort, vous avez aussi raison sous un rapport différent.




Cher Condottiere,
Je ne prétend pas avoir toujours raison, il me semble que chacun d'entre nous peut se tromper, c'est humain. Ce qui ne veut pas dire que, lorsque l'on estime avoir raison, on doit nécessairement se plier à toutes les objections que l'on n'estime pas valables.

Maintenant, que Finki soit moderne, nous en convenons, mais cela ne change rien au fait que dire qu'il n'y a plus de catastrophes naturelles, que l'on soit moderne ou non, est une sottise. Et Alain Finkielkraut est assez pointilleux sur les faits, comme il l'a montré à maintes reprises, notamment sur la loi Gayssot. Mais comme il l'a répété surtout dans ce livre, Nous autres, modernes. Et, dans le contexte, sa phrase signifie bien que la maîtrise de la nature par l'homme est devenue telle que les catastrophes naturelles ont disparu. Du moins est-ce ce qui m'est apparu en le lisant: j'ai cité les passages, si vous estimez que je les ai mal lus, c'est-à-dire mal cités dans leur contexte, vous n'avez qu'à le dire en donnant des exemples et des citations.

Ensuite, je vous rappellerai que ce n'est pas mon forum, mais celui d'ALM, et que si j'interviens plus souvent que d'autres, c'est tout simplement parce que j'en ai le temps, et vous êtes parfaitement libre de vous y exprimer aussi souvent que vous le désirez.

Je tiens enfin à préciser qu'il ne m'est jamais venu à l'idée de décerner des brevets d'intelligence, et surtout à Michel Vâlsan, ce qui passe la mesure. J'ai signalé des contradictions avec Guénon, c'est tout.

Mais quant une personne en vient à ne plus voir des évidences de fait, on peut se demander si elle a encore tous ses esprits, si elle a encore sa raison. Et c'est ce qui m'apparaît avec Alain Finkielkraut. Prouvez-moi le contraire, en me montrant que c'était une figure de style, j'en serai très heureux.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:04 (2017)    Sujet du message: Alain Finkielkraut

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tradition et Modernité Index du Forum -> Forums -> Auteurs et Oeuvres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com