Tradition et Modernité Index du Forum Tradition et Modernité
Pour une synthèse des réflexions
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Couple et famille selon la vision traditionelle de l' Eglise
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tradition et Modernité Index du Forum -> Forums -> Principes et Symboles Fondamentaux
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
QJSIOJC



Inscrit le: 04 Nov 2008
Messages: 2
Localisation: France
Masculin

MessagePosté le: Mar 4 Nov - 21:53 (2008)    Sujet du message: Tradition et Modernité Index du Forum -> Principes et Symboles Fondamentaux Répondre en citant

Réponse à Edgar, le lundi 13 octobre, 23 :13




Vous dites, cher ami en Notre Seigneur Jésus-Christ : « On trouve, parmi les citations proposées, un extrait du Coran. Mais si on fouille un peu le blog, on tombe là dessus », et vous donnez l’adresse : http://restaurationdelafamille.blogspot.com/2008/05/femme-en-islam-sujet-dv….


Dans son complément indispensable qui est : Femme en islam et Le Rivarol, complément., nous citons en effet Marwan SIBLINI, que Rivarol citait !


Ainsi, la revue Rivarol serait-elle musulmane ?
- un chrétien connaît sa femme, le musulman aussi, ce chrétien est-il alors musulman ?
- un chrétien conduit sa voiture, le musulman aussi, ce chrétien est-il alors musulman ?
- un chrétien exige de sa femme obéissance, le musulman aussi, et là on répond oui !




Ce passage que vous semblez incriminer est une réponse à un article de Rivarol qui disait somme toute qu’un musulman est mauvais parce qu’il... et n’importe quoi !




Par contre, nous démontrons la mauvaise foi ambiance actuelle, où ayant volontairement (vrai sens de ‘se tromper’, qui veut effectivement dire ‘se mentir’, soit tromper soi-même, mentir à soi-même) oublié la Loi naturelle, on en vient à démontrer la dangerosité d’une religion en disant que cet homme est un obscurantiste (musulman) parce qu’il veut que sa femme porte un voile, alors que si nous étions vraiment chrétiens, nos femmes (épouse et filles) en porteraient comme cela se faisait encore voici même pas 100 ans, et comme Saint Paul le commande !, et non le propose !


Nous disons aussi, bien haut et bien fort, qu’un musulman que corrige de main de maître sa femme est à respecter et à encourager !


L’on ne peut condamner une (mauvaise) religion en prenant comme argument que la personne boit l’eau de la source alors que nous aurions décidé à l'instigation de nos ‘maîtres’, les seuls et véritables dangereux, que seule l’eau machin en bouteille (jolies petites affaires) est bonne !


Il est aussi stupide de dire que la religion musulmane est mauvaise, parce qu’un musulman a grillé une feu rouge ! Car alors, tous les chrétiens sont pour le moins aussi mauvais à ce compte là !


En défendant les musulmans sur les points défendables, notre seul but est de défendre tous ceux qui appliquent la Loi naturelle dont seule l’Église catholique (devrait, car Elle est belle et bien éclipsée cf ND de La Salette, et le silence de ses membres est positivement criminel) est dépositaire de sa plénitude !




Plus loin vous dites : « On peut aussi s'interroger sur la mentalité de personnes faisant appel à la tradition tout en voulant résoudre les problèmes "par le bas". »


C’est bien fatigant de devoir défendre l’évidence, en effet, si vous restaurer votre maison, commencez-vous par le toit, et finissez-vous par les fondations alors que la maison est justement sinistrée parce qu’elle est construite sur du sable ?


Pour restaurer la société, l’on doit forcément commencer par son fondement, la Famille, car cette société n’est qu’un empilement de structures de plus en plus ‘centralisatrices’ s'appuyant que sur la Famille ! Village = Famille des Familles, province = Famille des villages, État = famille de provinces...


Comment faire un château de cubes avec des cubes qui sont bancals, boiteux, ruinés ?




Cher Edgar, j’espère vous avoir répondu courtoisement ! Je reste entièrement, dans la courtoise et la bonne volonté : à votre service.


Que le Bon Dieu Vous bénisse, Vous et le Vôtres !
-------------------
QJSIOJC
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 4 Nov - 21:53 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Cush



Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 29
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar 4 Nov - 22:06 (2008)    Sujet du message: Couple et famille selon la vision traditionelle de l' Eglise Répondre en citant

C'est bizarre votre truc, vous avez l'air d'être un partisan d'une société aristotelico-thomiste, holiste, harmonieuse en gros à l'image du cosmos (-> " Pour restaurer la société, l’on doit forcément commencer par son fondement, la Famille, car cette société n’est qu’un empilement de structures de plus en plus ‘centralisatrices’ s'appuyant que sur la Famille ! Village = Famille des Familles, province = Famille des villages, État = famille de provinces... ")
Mais "corriger" sa femme comme vous le dîtes si bien, j'assimile justement cela à une profonde disharmonie (entre le mari et l'épouse en l'occurrence).


Edit: et qu'on vienne pas me dire "qui aime bien châtie bien".
Revenir en haut
Edgar



Inscrit le: 25 Juin 2008
Messages: 58

MessagePosté le: Mer 5 Nov - 09:09 (2008)    Sujet du message: Couple et famille selon la vision traditionelle de l' Eglise Répondre en citant

Cher QJSIOJC,

merci pour votre réponse. Il manque cependant une partie plutôt importante puisqu'elle concerne vos citations. Je n'ai hélas pas le temps d'aller vérifier chacune d'entre elles, mais le fait est qu'après de brèves recherches sur les deux premières, rien ne correspondait.

Pour le reste, je vous invite à prendre acte de la situation actuelle et à en tenir compte. Si il n'y a plus de couple ni de famille, c'est que l'on a prétendu opposer ce qui était complémentaire, et mettre à égalité ce qui ne l'était pas. Aujourd'hui, nous assistons à une guerre, entre générations et entre hommes et femmes. Vous semble-t-il judicieux, en réponse à cette situation, d'encourager comme vous le faites les maris à battre leur femmes ? Pensez vous vraiment que cela va servir à "restaurer" quoi que ce soit ?
Il y a un fil ailleurs sur le forum, sur le Yin et le Yang, ainsi que quelques éléments sur le fil Homosexualité, pédérastie... que j'aimerais que vous lisiez avant de poursuivre.

Je manque de temps, je répond donc "en vrac" et m'en excuse:

-vous sous-entendez à nouveau concernant l'Islam que c'est une "mauvaise religion", je vous laisse la responsabilité de vos propos à ce sujet...

-je ne vois pas bien ce que peut être la "Loi naturelle", pardonnez moi. Pouvez vous développer ?

-concernant la "restauration par le bas": tout dépend de ce qui constitue pour vous les "fondations" d'une société. Et quand une maison s'effondre, il faut peut-être s'interroger sur le talent des ouvriers et de ceux qui étaient chargés de l'entretien.
Revenir en haut
Corto



Inscrit le: 28 Juin 2008
Messages: 36
Localisation: pas sur la route de Madison
Féminin

MessagePosté le: Mer 5 Nov - 22:05 (2008)    Sujet du message: Couple et famille selon la vision traditionelle de l' Eglise Répondre en citant

Chers amis,

si l'on doit revenir sur le problème de la violence et du couple, il convient de situer en effet les deux formes fondamentales de violence qui existent dans l'univers et qui peuvent être rangées, grosso modo, dans le registre de la violence paternelle ou de la violence maternelle.

Notre époque a beaucoup mis l'accent sur la violence à symbolique paternelle peut-être parce qu'elle permettait de dénoncer une autorité dont le nouveau type d'économie (accompagné de changements sans précédents au travail, dans la science et la technique) avait intérêt à se débarrasser, l'éviction de l'une semblant procéder d'un même type d'"évolution" sociale que le triomphe de l'autre.

On a donc eu tendance ces trente dernière années à dénoncer comme oppressions insupportables tout ce qui relevait de l'exercice de l'autorité à symbolique paternelle : les dissymétries entre les sexes, les différences générationnelles, l'autorité à l'école, les institutions, la famille traditionnelle, la morale religieuse, la régulation de l'économie par l'Etat et...les aléas d'une vie de couple dans laquelle dominait la symbolique paternelle.

Par réaction, une sorte d'angélisme a voulu présenter les femmes, les enfants, les minorités, comme porteurs d'un nouvel idéal de société, comme spontanément bons et innocents et le masculin, fautif de siècles d'"oppression" comme une tare à corriger. Une contre-violence a pu se développer qui n'est que la résultante du déclin de l'autorité paternelle. On voit par exemple des parents battus, des enfants tyrans et des excès commis envers des hommes tout de suite soupçonnés de violence et livrés sans preuves sous l'influence de mouvements féministes extrêmes à la vindicte de la foule.

Or des auteurs courageux commencent à dénoncer une forme de violence plus insidieuse qui est la violence féminine de symbolique maternelle.
Jean Gabard, dans son essai "Le féminisme et ses dérives" ( Les Editions de Paris) montre comment la violence VISIBLE et extériorisée ( franche, donc) est mise à l'index parce qu'elle relève plutôt du registre masculin alors que la violence féminine, plus hypocrite, très psychologisante, et parée des saints prétextes de vouloir "aider" les autres (surtout quand ils ne vous demandent rien) continue d'être ignorée en tant que violence. Je pense qu'elle cause des dégats plus profonds et plus durables que la première forme de violence. Je pense surtout qu'il est impossible d'évacuer la violence de la vie humaine et que c'est pourtant là l'ambition immature et illusoire de nos sociétés féminisées lorsqu'elles dénoncent des systèmes religieux dont la sagesse était de se borner à canaliser les pulsions, à les limiter, non à les éliminer. Une morale agit sur le comportement mais une thérapie prétend réformer la vie psychique de l'intérieur dans une entreprise de maitrise absolue ( de même certains systèmes politiques aberrants promeuvent-ils un "homme nouveau" avec rééducation des récalcitrants).

Partant de la différence de structure psychique des deux sexes, Gabard constate que la jalousie de l'homme est par exemple largement dénoncée aujourd'hui au nom du modernisme parce qu'elle porte sur la possession physique, sur l'exclusivité sexuelle, alors que la jalousie de la femme portant sur le côté relationnel, platonique, voire amical, n'est pas envisagée comme un archaisme à dépasser. Or la femme aime par dessus tout plaire. Son plus grand plaisir est dans la séduction et l'échange affectif moins que dans le passage à l'acte sexuel. Sous couvert de modernisme, on assiste donc à un déplacement des normes du masculin vers le féminin, ce dernier devenant le modèle à suivre. J'ai également développé dans d'autres fils la prévalence dans le monde du travail de comportement féminins ( le relationnel, l'intuition de l'autre, la séduction, le savoir-être) plus impalpables que les anciennes normes et plus intériorisées, d'où l'invasion des techniques de travail sur soi dans le monde de l'entreprise.

La violence domestique de la part des hommes peut donc être une réponse désespérée à un enfermement social largement relayé par l'idéologie dominante qui fait la part trop belle désormais au féminin dans la vie privée comme dans la vie professionnelle.
(J'avouerais volontiers, si je ne craignais de faire de l'hors propos, pourquoi je pense que les hommes ne sont pas les seuls à pâtir de l'emprise du maternel et de la féminisation de nos sociétés : il y a aussi les enfants et...les femmes.)

Par conséquent il peut être du plus grand intérêt de se pencher sur les différentes traditions religieuses et de constater que le point de vue moderne (la femme forcément innocente, gentille, blanche victime de l'oppression masculine, l'homme en "brute" qu'il faudrait féminiser) n'a rien d'absolu. Nous faisons sans doute une lecture trop rapide de certains textes fondateurs. Bien des phrases mériteraient d'être interprétetées.
-------------------
"L'idée que les croyances de l'humanité entière ne sont qu'une vaste mystification à laquelle nous sommes à peu près les seuls à échapper est pour le moins prématurée."
René Girard.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:14 (2017)    Sujet du message: Couple et famille selon la vision traditionelle de l' Eglise

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Tradition et Modernité Index du Forum -> Forums -> Principes et Symboles Fondamentaux Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com